Louis Salama


  • AUTEUR
  • MAÎTRE EN SOCIOLOGIE
  • FLÂNEUR
  • RÊVEUR

Etant de nature à observer constamment mon environnement, plus particulièrement les personnes qui m’entourent, c’est ce qui m’a permis d’observer en continu ceux qui m’ont inspirer mes personnages. Ce n’est pas un hasard si je me suis dirigé vers le domaine de la sociologie au terme de mes études.
Cet aspect, combiné à mon imagination débordante, a conduit à l’élaboration de personnages plus loufoques les uns des autres. Ces individus qui n’ont rien demandé, ont, sans se douter, grandement participé à l’écriture de mon roman.

A PROPOS DE MOI

Pourquoi le Storytelling ?

Lorsqu’on écrit une histoire, qu’elle soit longue ou brève, on pense généralement au dénouement global dans un premier temps, puis, on développe les personnages. Dans mon œuvre, j’ai créé mes personnages, et ensuite mon histoire.

louis-salama

« Laissez-vous guider par l’imagination, pas par la méthode. Vous obtiendrez ainsi le résultat de vous-même. »

STYLE & INFLUENCES

Interview, impressions...

Qu’est-ce qui symbolise l’originalité de votre livre ?

Louis écritJe pense qu’il s’agit avant tout de la conception de son histoire principal. En effet, j’écrivais de chapitre en chapitre sans me soucier du prochain (mais en me souciant bien évidemment du précédant). Je ne savais pas du tout au préalable comment l’histoire allait tourner ni vers quoi elle allait se diriger.

Pour vous dire, je n’ai trouvé le méchant qu’au moment même où je l’ai écrit. Je ne savais pas moi-même qu’il était méchant haha ! Pour résumer, j’ai écrit tout le long de mon histoire en improvisant au fur et à mesure. Comme je n’avais pas l’intention d’en faire un roman au départ mais de seulement l’écrire pour moi, je ne m’en souciais pas particulièrement.

Mais à vrai dire, en prenant du recul je me rends compte que je n’aurais peut-être pas pu en arriver à de tels dénouements si j’avais prévu la fin dès le début. Ce qui ferait de mon livre une histoire originale proviendrait peut-être alors de l’originalité de mon imagination qui sait ?

Comment considérez-vous votre histoire ?

Bien que complètement fantastique et irréelle, je pourrais dire que je considère mon histoire presque comme une autobiographie. Plus précisément, comme une autobiographie de mon monde imaginaire. En effet, je pourrais expliquer cela en faisant le parallèle avec le protagoniste de l’histoire : Franck Manjack.

Je me suis inspiré de moi-même pour ce personnage, notamment pour certains traits de personnalités, même si je ne corresponds pas mot pour mot à sa description. Tout au long de son aventure, Franck va rencontrer des personnages qui auront une description bien précise par rapport à leurs caractéristiques.

La façon dont il rencontre ces personnages dans le livre, symbolise en fait ma rencontre avec les véritables personnes qui me les ont inspirés. Certains passages de ce qu’il se passe dans le livre, illustre ce qu’il se passe dans mon imaginaire lorsque je les croise.

Si nous vivions dans l’univers de votre livre, aimeriez-vous habiter sur l’île où se déroule votre histoire ?

Montagne-jpgA 100 % oui ! Forcément, je l’ai imaginé en fonction de ma propre utopie. Parfois, lorsque j’ai du mal à m’endormir, je m’imagine vivre là-bas. Cela m’apaise et me fait voyager à travers l’utopie dont je rêverais.

Enfin… dans la mesure où il ne s’y passerait pas de telles péripéties. En même temps, qui refuserait de vivre jusque 150 ans en pleine forme ? Dans un endroit paisible, riche, animée, et plein de magie ? A vrai dire j’en connais quelques-uns qui refuseraient.

Ce que j’apprécierais le plus dans ce genre d’endroit, est que là-bas ce qui peut nous stresser au quotidien n’existe pas, et surtout, que c’est un endroit libre et bienveillant.

Pourquoi ce titre : L’Apprenti Franck Manjack ?

Eh bien ça je ne peux pas le dire. On peut le deviner en lisant le début de l’histoire, mais on comprend réellement son sens à la toute dernière page ! Je ne veux donc pas gâcher le plaisir du lecteur en l’expliquant ici.

J’ai mis longtemps avant de trouver le titre. Je n’arrêtais pas de le changer car je le trouvais trop long, trop simple ou mal adapté. J’en cherchais un qui soit un minimum attractif et percutant.

Je ne pense pas avoir réussi mon coup puisque peu de gens de mon entourage arrive à se rappeler du nom haha ! Mais peu importe, l’important, c’est qu’il me convienne.

SA PASSION

L'Ecriture...